Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jacques

la_confession.jpgLes romans de Grisham sont des sources inépuisables d’informations sur le fonctionnement du système judiciaire américain et ses dérives parfois inquiétantes. Celui-ci ne fait pas exception, il est un cri de colère contre un système politico-judiciaire corrompu, où l’injustice règne souvent là où la justice devrait s’imposer à tous. 

 

Grisham est abolitionniste. Dans un pays où la peine de mort est aussi populaire que la vente libre des armes à feu, c’est plutôt méritoire. Et même courageux. Le Texas est sans doute le pire de tous les Etats américains pour la peine de mort : en 2010, 17 condamnés y ont été exécutés par injection létale sur les 48 exécutions dans l’ensemble du pays. En 2011, 335 personnes y attendent encore, dans le fameux couloir de la mort, leur exécution. Le Texas est bien le noyau dur des partisans de la peine de mort aux USA.

 

Et c’est justement au Texas que cette histoire se passe. L’auteur y développe un plaidoyer incroyablement efficace contre la peine de mort : à l’issue de la lecture de ce livre, tout partisan de la peine capitale ne pourra être qu’ébranlé dans ses convictions. Mais comme il semble que la lecture ne soit pas l’activité préférée des texans, l’efficacité du livre sera, dans cet Etat, douteuse ! Il est possible d’ailleurs qu’il y ait un lien entre la culture et l’éducation d’un peuple et le sentiment abolitionniste qu’il peut développer : que pourrait nous dire Victor sur ce sujet ?

 

Donté Drumm, un jeune noir de 27 ans, n’a plus que quelques jours à vivre. Il attend son exécution dans le couloir de la mort. Injustement accusé à 19 ans du meurtre d’une jeune lycéenne blanche, il est innocent de ce crime mais n’a eu aucune chance face à un jury composé uniquement de blancs. Un jury qui à eu de plus comme seuls points de repères au cours du procès : des aveux truqués, un faux témoin, de fausses preuves fabriquées pour mieux accuser Donté Drumm.

Tel est le point de départ du roman, qui commence presque en douceur et dont le suspense croit au fil des pages jusqu’à atteindre une intensité dramatique rare.

 

Donté Drumm est défendu par un célèbre avocat abolitionniste et anticonformiste, aussi brillant qu’insolent : Robbie Flak. Celui-ci a épuisé toutes les procédures légales de recours et il sait que seul un miracle va pouvoir sauver Drumm de la mort imminente qui l’attend. Dès les premières pages, un certain Travis Boyette vient reconnaître le meurtre de la jeune fille. Boyette, violeur multirécidiviste, a été condamné plusieurs fois pour des agressions sexuelles diverses. Atteint d’une tumeur au cerveau, il a une espérance de vie réduite et n’a plus rien à perdre. Pour sa « confession », il ne va pas voir un juge ou un policier, mais un pasteur, le révérend Keith Schroeder. Boyette qui bien sûr sait où se trouve le corps de sa victime, ne veut pas le révéler immédiatement. Or si le corps était retrouvé,  Donte Drumm aurait une chance de s’en sortir.

 

Keith Schroeder et sa femme Dana vont s’engager, avec l’avocat Robbie Flak dans une course contre la montre pour tenter de sauver Drumm, tout en sachant que les chances de réussite sont quasi nulles. Ils ont en effet contre eux la police de la ville de Slone ainsi que le gouverneur de l’état du Texas, farouche partisan de la peine de mort. Il leur reste à peine quatre jours au début du livre, des jours qui vont fondre plus vite que la neige au soleil. Au fur et à mesure que l’échéance s’approche, le rythme du livre s’accélère, chaque heure compte, puis chaque minute.

 

Pendant que Schroeder et Flak tentent de retrouver Boyette, qui a disparu, un témoins clé de l’accusation est sur le point de reconnaitre avoir fait un faux témoignage. L’avocat demande un sursis à exécution, les médias sont dans le coup, les aveux de Boyette finissent pas être enregistrés, puis diffusés, mais le sursis, à quelques heures, puis quelques minutes de l’exécution, n’est pas accordé. Donté Drumm sera-t-il finalement sauvé ?

 

La critique du système judiciaire américain ainsi que des autorités politiques locales est féroce, implacable. Tout y passe : nous voyons des aveux truqués récoltés par la police, un témoin qui ment et dont le faux témoignage n’est jamais remis en question, des jurés noirs qui sont systématiquement récusés au moment du procès de Drumm, un gouverneur démagogue uniquement intéressé par sa réélection… Toutes les situations sont rendues crédibles par l’écriture de Grisham, efficace, précise, qui donne le maximum de détails en utilisant le minimum de mots. Les descriptions des personnages sont soumises au même traitement du détail significatif, celui qui fait mouche pour le lecteur. Les premières lignes du roman, qui nous montrent l’arrivée de Boyette chez Keith Schroeder, sont exemplaires de cette concision recherchée :

 

« Le gardien de St Mark venait de racler une dizaine de centimètres de neige des trottoirs quand l’homme à la canne fit son apparition. Le soleil s’était levé mais le vent hurlait et le thermomètre restait bloqué au-dessous du zéro. L’homme ne portait qu’un simple salopette en coton, une chemise d’été, des chaussures de randonnée bien râpées et un coupe-vent trop léger qui n’avait guère de chance de résister à ce froid glacial. Mais cela n’avait pas l’air de le gêner, et il n’avait pas non plus l’air si pressé. »

 

Avec une telle efficacité d’écriture, on comprend pourquoi les personnages sont un des points forts du roman : ils sont tous crédibles et bien campés, leur psychologie est fouillée, même pour les personnages de second plan. L’évolution du pasteur Schroeder, qui passe en quelques heures d’une vie centrée sur les activités de son église à la découverte étonnée d’un système judiciaire boiteux, d’une police partiale aux méthodes discutables, de médias racoleurs mais qui parfois révèlent leur utilité, est montrée avec finesse. Keith, à la fin du roman, finit par rejoindre le camp des abolitionnistes : il sait que sa vie ne sera plus jamais comme avant.

 

La force, la précision, l’intensité de ce roman sont telles que le lecteur finit par se demander s’il ne s’agit pas d’une histoire vraie. C’est la magie d’un bon romancier qui opère : ce qui pourrait être simplement crédible devient réel.

Vous l’avez compris, c’est un roman que je vous conseille : je suis sûr que vous regretterez d’avoir terminé sa lecture !

 

A lire sur un polar collectif

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

agrandissement du pénis 28/09/2014 03:44

J'ai trouvé ce contenu formateur et je considère que c'est véritablement bien informé je vous invites en outre à consulter qu'est ce qui fait grossir le pénis