Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jacques

 http://ecx.images-amazon.com/images/I/416Ku7jM26L._SL500_AA300_.jpgIl s’agit du troisième polar d’Elisa Vix, toujours édité aux éditions Krakoen, une petite structure associative d’auteurs de polars francophones, qui se sont regroupés pour pouvoir éditer leurs romans sans passer par les maisons d’éditions traditionnelles (inaccessibles pour un auteur débutant ou non connu) ou les éditions à compte d’auteur. Krakoen fait du bon travail, et arrive à sortir des polars en format de poche, au prix moyen de 12 € pour un roman de plus de 300 pages, ce qui est très raisonnable. C'est le premier polar de l’auteur que je lis, et c’est une découverte intéressante. Car Andromicmac est un vrai régal, qui se délecte de la première à la dernière page. Ce roman d’Elisa Vix repose sur trois piliers, de façon remarquablement équilibrée : l’écriture, les personnages, l’intrigue.
L’intrigue ressemble à un défi lancé entre copains pendant une soirée un peu trop arrosée : comment bâtir une histoire de meurtres autour d’une pièce de théâtre classique ? Pour chercher la difficulté, nous pourrions choisir une pièce de Racine, tiens, disons, au hasard… Andromaque ! Compliquons les choses : il faut que l’histoire policière ait un lien avec le contenu même de la tragédie Racinienne. Fortiche, non, le défi ! Elisa Vix, sans doute la plus imbibée de tous les participants de cette soirée imaginaire, l’a relevé sans frémir. Et le résultat fait plus que tenir la route : l’intrigue est cohérente, imaginative, elle tient le lecteur en haleine par des rebondissements qui surprennent même les lecteurs les plus blasés. Ceux qui connaissent la pièce jubileront des incessants aller-retours entre l’intrigue policière et celle d’Andromaque. Ceux qui ne la connaissent pas découvriront à travers le polar d’Elisa Vix un des textes les plus somptueux de la littérature française.
 
Les personnages du roman sont à la mesure de ceux de la tragédie : caractères affirmés, excessifs, la palme revenant sans doute dans ce domaine à l’adorable Hélène/Hermione, femme double et trouble qui ne peut que fasciner tout lecteur mâle normalement constitué.
Enfin, autant la pièce de Racine ne déclenche pas forcément une franche hilarité chez le spectateur (en tout cas quand elle est bien jouée), autant le roman est parsemé d’observations souvent drôles et toujours bien vues : Elisa Vix a un sens de l’observation des travers humains tout à fait redoutable. L’écriture est légère, fluide, sans une once de graisse. Bref, je suis un fan ! Je vais lire ses autres romans et je recommande chaudement la lecture de celui-ci. 
     

Commenter cet article