Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jacques Teissier

Code Évangile (1. Le Vase de Bamberg), de Paul Hornet

Et si la voix de Jésus était enregistrée ?

Sur la quatrième de couverture, nous apprenons que Paul Hornet est le pseudonyme d’un journaliste et d’un écrivain lauréat du grand prix de l’Académie française. Deux auteurs pour le prix d’un, voilà qui est d’autant plus alléchant que le grand prix de l’Académie française est une référence littéraire prestigieuse – et même raffinée – plutôt rare dans le rayon des thrillers.

Si le titre générique de la trilogie, Code Évangile, établit une référence explicite avec le Da Vinci Code, et si on peut trouver quelques points communs entre ces deux livres, celui de Paul Hornet se distingue sur un élément essentiel de son célèbre devancier : le point de départ de son intrigue est totalement farfelu, et assumé comme tel par l’auteur.

Jugez-en : en se basant sur une hypothèse du prix Nobel de physique Georges Charpak, une équipe de scientifiques du Vatican découvre le moyen de « faire parler » les vases anciens, au sens littéral du terme. Dans certaines conditions précises, un vase en cours de fabrication pourrait enregistrer les sons (et donc les voix), des sons qui pourraient être restitués après des manipulations technologiques complexes. L’objectif des scientifiques du Vatican, qui ont expérimenté avec succès l’hypothèse de Charpak, consiste à faire parler un vase vieux de 2000 ans qui, par les hasards de l’histoire, s’est retrouvé dans la petite ville de Bamberg, en Allemagne. Ils ont en effet la preuve que ce vase peut restituer et faire entendre au monde rien moins que... la voix de Jésus. De quoi changer les rapports d’équilibre entre les différentes religions !

Naturellement, tout comme dans les contes, les légendes ou même certains romans, peu importe la vraisemblance si l’histoire tient la route et si l’écriture est au rendez-vous de l’ambition. Comment va s’y prendre Paul Hornet pour nous démontrer qu’il est possible de susciter l’intérêt des lecteurs même si le point de départ de son histoire est peu crédible ? Quels sont ses atouts ?

John Quantius, un ami du cardinal di Lupo proche du pape François, est un expert en art de réputation internationale qui est aussi capable d’opérations et de pratiques douteuses quand il s’agit de bonnes causes. Pour tout dire, ses capacités de voleur, si elles sont secrètes, sont réputées dans certains milieux bien informés. C’est donc lui que le cardinal va charger de récupérer le vase d’une façon tout ce qu’il y a de plus illégale, afin de le ramener au Vatican où l’équipe de scientifiques va tenter de lui faire restituer la voix du Christ.

Mais même si l’affaire est censée être secrète, des fuites sont prévisibles, et elles ne vont pas tarder à poser de redoutables problèmes géopolitiques. Comment vont réagir les autres religions quand les croyants ébahis entendront parler Jésus aussi distinctement que si sa voix provenait d’une superproduction hollywoodienne ? Pour préserver les intérêts de leur pays et tenter d’éviter de possibles conflits religieux, les différents services de renseignements vont s’en mêler, en espérant tirer la couverture à eux, depuis le Mossad, la CIA et la NSA, en passant par les services secrets russes, les islamistes, et jusqu’à la mafia italienne commanditée par un cardinal intégriste, farouche adversaire du pape.

Suspense et aventures diverses sont donc les maitres mots du livre, qui sur ce point tient ses promesses. Les personnages ont quasiment tous une personnalité hors du commun, ou en tout cas l’auteur réussit à les rendre peu ordinaires. Depuis John Quantius, sorte d’Indiana Jones qui réunit l’érudition artistique d’un Malraux et les qualités d’aventurier d’un Arsène Lupin, jusqu’à Voronine, espion Russe doublé d’un chaman herculéen à l’intuition prodigieuse, en passant par le cardinal de Lupo et une foule de personnages secondaires, tous parfaitement dessinés, dont les descriptions permettent à Paul Hornet de s’amuser en amusant aussi le lecteur et en accrochant son intérêt :

« Le Russe avait les mains posées sur les genoux, paumes vers le haut. Il savait pouvoir compter sur sa préparation mentale fermer ses oreilles à quelques décibels supplémentaires. Il ouvrit grand les yeux, qui portaient, au-delà de la lucarne, vers le ciel immense.

Et son esprit voyagea vers les monts de l’Altaï ou il était né. Pour n’importe quel Russe ou spécialiste des religions primitives, l’Altaï a vu apparaitre entre ses sommets la plus ancienne tradition mystique de l’humanité, le chamanisme. Au sein du GRU, pour expliquer la résistance mentale et physique d’un homme à cent coudées au-dessus de ses camarades spetsnaz, il se murmurait que, recueilli par un chaman après la mort précoce de ses parents, Voronine était lui-même un chaman. Étrange visage, celui qu’il arborait, à la fois tout près de l’animalité, d’une mobilité exceptionnelle, et illuminé d’intelligence. Tcherki, l’un de ses rares amis, mort en mission, avait dit un jour que l’analyse ADN de ce personnage aurait donné des sueurs froides à n’importe quel généticien de haut vol. Tcherki disait aussi que Voronine avait vécu certaines nuits de la vie d’un ours, ou d’un loup, ou d’un aigle. Mais Tcherki était mort. Et Voronine avait officiellement quitté le GRU. »

Un autre choix de l’auteur peut entrainer l’adhésion de nombreux lecteurs : il donne sur chaque élément du récit, que ce soit dans le domaine artistique, scientifique, la géopolitique, les armes ou quelque sujet que ce soit, une foule de renseignements aussi précis qu’originaux pour ce type de roman. Une façon d’ancrer fortement dans le réel une histoire qui part sur un présupposé fantaisiste et d’en faire autre chose qu’un roman de suspense et d’aventures, que par ailleurs il est aussi.

Ce premier tome nous propose donc un roman populaire de grande qualité, aussi plaisant qu’intelligent et bien documenté, qui relie habilement les thèmes dissemblables que sont l’histoire des religions et particulièrement du christianisme, les avancées scientifiques et technologiques les plus récentes ainsi que la géopolitique ou le fonctionnement des services secrets des pays les plus puissants.

Un livre qui permet un moment de détente agréable, loin des écrans envahissants et parfois intrusifs dont nous avons du mal à nous passer.

Code Evangile, Le vase de Bamberg, Vol. 1
Auteur(s) : Paul Hornet
Edition : le Cherche Midi
Date de parution : 02/10/2014
ISBN : 978-2-7491-4107-7

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article